Home Tennis Ugo Humbert, qualifié pour la huitième place à Wimbledon : « Prêt à profiter des opportunités contre Alcaraz »
Tennis

Ugo Humbert, qualifié pour la huitième place à Wimbledon : « Prêt à profiter des opportunités contre Alcaraz »

Ugo Humbert, vainqueur du tie-break du 4ème set lors de la reprise de son match contre Brandon Nakashima ce samedi, aborde ses huitièmes de finale contre Alcaraz avec beaucoup d'enthousiasme. « Comment gérez-vous une soirée après un match interrompu où vous n'avez eu que deux balles de match, je n'ai pensé à rien ? J'avais déjà vécu quelque chose comme ça lors d'un match contre Kyrgios et je n'ai pas pu m'empêcher de penser au film toute la nuit. Que va-t-il se passer ? Où dois-je faire valoir le premier point ? Et tu ne dors pas, c'est terrible. Je me suis donc déconnecté de mon équipe. Nous avons regardé le match de football contre la France. Je ne me suis posé aucune question. Et quinze minutes avant d'entrer dans la salle d'audience, j'ai recommencé à m'y plonger. J'ai bien géré, je n'ai perdu aucune énergie. Jim (Chardy, son coach) m'aide beaucoup pour ça. Il est tellement calme que rien que de le regarder, on se dit que ça ne sert à rien de stresser. Cependant, ce n'est pas facile de revenir à 6-6 dans le quatrième set… J'avais l'impression d'être un peu tendu à la fin, non ? (Il rit). Il faut trouver le bon équilibre entre y aller sans aucune émotion. A 6:3, il me donne encore une balle, encore une balle et je fais le coup droit, qui est serré… Les derniers coups que je joue, j'ai l'impression de lancer la pièce. A 6-6 quand j'ai reçu un petit coup à la tête. Je me suis dit : « Mec, vas-y doucement… » et à 6-6, j'ai fait valoir un bon point. Sur la dernière balle de match, j'étais heureux qu'il ait raté la volée. Ma passe a été si mauvaise qu'il a été surpris d'avoir réussi une volée aussi facile ! Quoi qu'il en soit, je suis content que ce soit fini. J'ai eu des occasions dans le 4ème set, avec des jeux incroyables puisque j'ai demandé un défi en frappant un coup décisif, les deux balles de match, avant qu'il ne me donne quatre services gagnants. Il s’est passé beaucoup de choses. Mentalement, c’était bouillant. Hier (vendredi) ils ont voulu nous déplacer à la place 1 (couverte). Ils se sont d’abord adressés à Medvedev, qui a déclaré que c’était hors de question. Et puis, comme si nous n'avions pas le choix. Et je leur ai dit : « Je ne veux pas jouer le tie-break sur un autre terrain, c'est assez étrange, ça ne me dérange pas de revenir demain… » La récompense de tout ça, c'est Alcaraz… Je ne le fais pas. Je n’ai pas vraiment envie de me projeter. C'est le genre de match que j'aime jouer. C'est pourquoi je joue au tennis. Je n'ai pas peur, je suis dans un mode où je me dis : « Si tu veux gagner, tu n'as pas le choix ». Je suis plus dans l'action que dans la réflexion. Je vais essayer de prendre plaisir à jouer et nous verrons. Je vais probablement l'ennuyer. Je suis prêt à saisir les opportunités. J'ai parlé avec Tiafoe dans le vestiaire, qui n'était pas loin de lui. Il m'a dit qu'il y avait des moments où Alcaraz laissait un petit espace où il manquait un peu… Est-ce un joueur que tu aimes regarder ? Qui n'aime pas le regarder jouer ? J'ai aimé le voir obtenir son diplôme ici et à Roland l'année dernière. Il produit beaucoup de jeu ! Vous aviez déjà disputé les huitièmes de finale à Wimbledon, contre Djokovic en 2019. Si tu devais le comparer au joueur que tu étais à l’époque ? Cela n’a rien à voir avec ça. Tout ce qui s’est passé à l’époque était nouveau. J'ai beaucoup plus d'expérience. J'étais plus insouciant. Maintenant, je sais que j’ai une base solide sur laquelle bâtir. »

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

Rafael Nadal à propos de Carlos Alcaraz : « Il sera l'un des meilleurs de l'histoire »

Lorsque Rafael Nadal a été interrogé ce lundi à Bastad sur son...

Grégoire Barrère et Titouan Droguet ont été éliminés dès le premier tour à Gstaad

Les Français n'ont pas pu se procurer du sable suisse ce lundi...

Germain Roesch, candidat FFT à la présidentielle : « L’hyper-présidence, j’en peux plus »

18:29 Tennis, FFT Roesch, candidat à la présidentielle : « Hyper-présidence, j'en peux...