Home Tennis Jasmine Paolini après la qualification pour la finale de Roland Garros : « C'est quelque chose de fou pour moi »
Tennis

Jasmine Paolini après la qualification pour la finale de Roland Garros : « C'est quelque chose de fou pour moi »

Après sa victoire rapide contre Mirra Andreeva (6-3, 6-1) en demi-finale de Roland-Garros, l'Italienne Jasmine Paolini (28 ans, 15e mondiale) a nagé avec bonheur et incrédulité, elle n'a jamais été, je n'y aurais jamais pensé. , que j'atteindrais une finale du Grand Chelem. « Vous vous êtes qualifié pour votre première finale du Grand Chelem. Comment le vivez-vous ? Je suis vraiment content. Vraiment vraiment. Oui, c'est un sentiment formidable d'être en finale d'un Grand Chelem. Cela semblait impossible (rires), mais c'est la réalité… Comment êtes-vous arrivé à cette demi-finale ? J'étais très nerveux. C'était un match différent de celui contre Elena (Rybakina), qui est si agressive. J'ai perdu contre elle le mois dernier et c'était très difficile mentalement et physiquement car elle est très constante. J'étais très nerveux, mais je suis entré sur le terrain avec l'intention de frapper le ballon, d'avancer rapidement, de me sentir à l'aise dans le jeu, de rester dans le présent et de jouer point par point. Après le premier set, je me sentais de mieux en mieux. « Je suis très heureuse, mais je pense que je suis une personne différente. » Jasmine Paolini Vous êtes récompensé pour beaucoup d'efforts… Oui, j'ai commencé à jouer au tennis à l'âge de 5 ans et je suis tombée amoureuse de ce sport. C'était un coup de foudre. Je me sens bien quand je joue. Quand j'étais plus jeune, je regardais les finales du Grand Chelem, notamment celles des autres Italiennes. Mais imaginer que je pouvais le faire de ma part était difficile. Bien sûr que je le voulais, mais maintenant c'est quelque chose de fou pour moi. Alors tu vis ton rêve en quelque sorte ? Quand j’ai commencé à jouer, je ne rêvais pas trop. J'adorais jouer. Puis j’ai commencé à m’entraîner comme un joueur professionnel. Je rêvais de devenir professionnel, mais pas d'être n°1 ou de gagner un tournoi du Grand Chelem. Jamais. Pas même dans le top 10 (elle sera classée 7ème au prochain classement WTA). Mais j'espérais sans vraiment y croire. Puis, petit à petit, petit à petit, j’ai commencé à croire en moi sans trop me pousser. C'est pourquoi j'ai trouvé surprenantes les interviews de Nole (Novak Djokovic), qui, enfant, disait vouloir devenir numéro un mondial et gagner Wimbledon. J'ai vu cela et j'ai pensé que c'était incroyable que nous puissions rêver de cela quand nous étions enfants. Il en va de même pour Jannik (Sinner), 15 ans, qui a déclaré que son rêve était de devenir numéro un mondial. Je suis très heureux, mais je pense que je suis une personne différente. »

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

POPULAIRES ACTUELLEMENT

A LA UNE

TOP DU MOIS

A LIRE AUSSI ...

Novak Djokovic domine Lorenzo Musetti et rencontre Carlos Alcaraz en finale de Wimbledon

Solide rencontre Lorenzo Musetti (6-4, 7-6). [2], 6-4) Vendredi, Novak Djokovic s'est...

Carlos Alcaraz revient en finale de Wimbledon après avoir battu Daniil Medvedev

Carlos Alcaraz a battu Daniil Medvedev en quatre sets (6-7), vendredi. [1],...

Le Français Théo Papamalamis se qualifie pour les demi-finales juniors à Wimbledon

Le Français Théo Papamalamis s'est qualifié vendredi pour les demi-finales juniors à...