Home Golf Scottie Scheffler en a eu assez de son fou vendredi et s'est effondré au troisième tour du PGA Championship
Golf

Scottie Scheffler en a eu assez de son fou vendredi et s'est effondré au troisième tour du PGA Championship

Scottie Scheffler était épuisé par son improbable vendredi, débutant en cellule et sans son caddy habituel, freiné par les obligations familiales. Il a joué au-dessus de la moyenne lors du troisième tour du PGA Championship (73, +2), conséquence logique et adieu au trophée du Valhalla (24e, -7). Dans le brouillard. Tout le Valhalla était dedans au début de ce troisième tour, à tel point que les organisateurs ont dû décaler les départs et les jeux d'ouverture de trois matchs, du trou 1 mais aussi du trou 10, dans l'espoir de finir la journée sans tarder. . Scottie Scheffler semblait se perdre dans le brouillard comme il le faisait rarement, luttant constamment contre les fluctuations d'intensité et de précision. Vainqueur de quatre des cinq derniers tournois auxquels il a participé (Arnold Palmer Invitational, The Players, Masters et RBC Heritage), le Cyborg est finalement humain et facilement vulnérable. Calmant. L'Américain est resté invaincu pendant 42 tours (41 sous le par et un vendredi sans bonus ni pénalité lors du Masters d'Augusta). La série fut terminée par Tiger Woods et les records furent conservés (52 entre 2000 et 2001). Scottie Scheffler s'est montré très moyen dans le jeu long (11/18 greens en temps réglementaire) et a été déçu par son jeu court, putting compris. Il a payé l'afflux qui lui restait dans sa folle journée de vendredi et a commencé en prison après, selon sa version, un malentendu avec un policier qui croyait que le numéro 1 mondial tentait de contourner un barrage routier après un accident de la route mortel. tout accès à l'itinéraire. L'enquête est en cours. Sur les nerfs et après un rapide échauffement, Scheffler a une nouvelle fois assommé le circuit en tirant un 66 dans ces conditions improbables. Accompagné de Thomas Detry et Mark Hubbard comme partenaires de jeu, l'Américain a joué plus au yo-yo qu'aux fléchettes ce samedi. A 2, un drive en pente vers la gauche l'oblige d'abord à tenter à deux reprises de sortir d'un rough extrêmement dense et en pente en bordure de green. Une sortie finalement longue, deux putts, double bogey. A 3 ans, il réalise trois putts, le premier bogey. A 4 il prend le risque d'attaquer le par 4 avec driver. Encore un drop à gauche dans la surface, un scratch avec le coin, un autre bogey. Quatre contre-coups sur le parcours en quatre trous, une baisse significative au classement (35e à -5), sept longueurs de retard sur le leader d'alors (Xander Schauffele) et une nouvelle pierre dans le chausson déjà largement rempli de la semaine. « La famille passe avant tout, et cela vaut aussi pour mon cadet » Scottie Scheffler Mis à part le contrecoup d'un vendredi improbable, difficile de ne pas attribuer également ce début chancelant à l'absence de Ted Scott, son merveilleux caddy depuis 2022, avec Scheffler dix PGA a accumulé les trophées gagnants, dont deux tournois majeurs, et atteint le sommet du monde. Après son deuxième tour, Scottie Scheffler attendait avec impatience le départ de sa béquille préférée, qui s'est rendue à la remise des diplômes de sa fille : « C'est quelque chose que nous avons défini au début de notre relation avec Ted : la priorité familiale. Cela s'applique à lui comme. » ainsi que moi. On connaît la date de cette cérémonie depuis le début de l'année. Je l'avais anticipé en demandant à l'aumônier de la PGA Brad Payne, l'un de mes meilleurs amis sur le circuit (avec qui il est allé à l'université), d'être à mes côtés ce samedi-là. » Un résultat de +3 sur la première étape Après ce départ diesel et une attitude qui correspondait à cette recherche de sensations (pas lent, tête baissée), Scottie Scheffler a encore réagi. Obtenez le birdie sur 5, glissez hors du bunker pour vous faire « donner » sur 7 et embrassez. Une parenthèse enchantée. Et puis à 8 heures du matin, elle s'est à nouveau effondrée, comme si la fatigue nerveuse accumulée depuis 36 heures était devenue un obstacle absolu à une concentration soutenue. Son bilan à l'aller (+3) en témoigne. Une sortie magique du bunker à 10 heures lui a un peu renversé la tête et birdie a été confirmé pour initier le vol retour. Seule l'incohérence l'a rattrapé (bogey 11, birdie 13) et il n'a pas pu contenir sa colère sur le 14 après un putt pour le par qui n'a jamais vu le trou. Toujours fataliste, il a terminé la partie avec un sourire légèrement tendu en remontant le fairway au 18 et a été récompensé par un ultime birdie après une sortie de bunker difficile. Petite consolation : « J'ai eu une journée très compliquée. Chaque fois que je faisais un birdie, je faisais un bogey derrière. C'est un peu frustrant. Cela n'a rien à voir avec ma récente paternité. J'ai plutôt payé pour ce qui s'est passé hier (vendredi). Ce n’était pas le cas ce (samedi) matin. » Pas l’après-midi non plus.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

POPULAIRES ACTUELLEMENT

A LA UNE

TOP DU MOIS

A LIRE AUSSI ...

Un Français peut encore cacher quelque chose à l'US Open

A l'US Open, qui débute ce jeudi à Pinehurst (Caroline du Nord),...

17:52 Golf, podcast de l'US Open, Perez et Pavon sous surveillance

du Swing Podcast regardez tous les épisodes abonnez-vous au podcast Spotify Deezer...

Jon Rahm se retire de l'US Open

L'Espagnol Jon Rahm, ancien numéro 1 mondial, blessé au pied gauche, a...

Heures de début du premier tour de l'US Open

Le troisième tournoi majeur de la saison, l'US Open, débute jeudi. Les...