Home Golf Les golfeurs français sur le podium dans le majeur
Golf

Les golfeurs français sur le podium dans le majeur

Aucun golfeur français n'a remporté un majeur depuis Arnaud Massy en 1907 au British Open. Mais de Marcel Dallemagne avant-guerre à Grégory Havret à l'US Open 2010, quatre autres Bleus sont montés sur le podium du Grand Chelem. Matthieu Pavon pourrait les rejoindre à l'US Open dimanche. 1907, The Open, Royal Liverpool Golf Club, Arnaud Massy, ​​​​​​vainqueur Arnaud Massy est né à Biarritz en 1877 et est décédé 72 ans plus tard. Il est considéré comme le plus grand golfeur français de tous les temps. Son palmarès parle de lui-même, car ce petit Basque (1,76 m), ancien joueur de pelote, est le seul Français à avoir soulevé à ce jour un trophée majeur, le Claret Jug, cette cruche en argent avec laquelle le vainqueur de l'Open British en 1907 fut récompensé. Massy part ensuite en tournée (10ème en 1902, 5ème en 1905 et 6ème en 1906) et finalement s'impose au Royal Liverpool Golf Club, onze ans après avoir été en Écosse au North Berwick New Club près de Muirfield s'il s'est installé pour perfectionner son jeu de golf. Avant d'être blessé pendant la Première Guerre mondiale, cet ancien garçon de cabine a récolté cinq autres classements parmi les 10 premiers dans les majors les plus âgées à 14 ans sur un sardinier, dont une deuxième place en 1911 après des séries éliminatoires. 1936, The Open, Royal Liverpool Golf Club, Marcel Dallemagne, 3. Marcel Dallemagne avait 96 ans, mais n'a joué que dans 8 majors et uniquement au British Open. Il termine 4e en 1934 avant de terminer sur la troisième marche du podium deux ans plus tard, l'année où il remporte Roland-Garros, titre qu'il remporte trois années de suite. Professionnel du golf de Saint-Germain, où il a enseigné tout au long de sa carrière, cet impressionnant golfeur, véritable force de la nature, a remporté six fois les championnats de France, ainsi que les championnats belge, italien, suisse et néerlandais. Le plus grand golfeur de l'entre-deux-guerres, décédé en 1994, est connu pour sa phrase bien connue qu'il adressa un beau jour à la princesse Murat, qui était sa compagne : « Continuons, Votre Altesse, il flottera ! » 1999, The Open , Carnoustie Golf Links, Jean Van de Velde, 2ème après play-off Impossible de ne pas mettre du sel dans la plaie en évoquant Jean Van de Velde, devenu une légende du golf pour sa victoire au Major raté la fin d'un scénario improbable. Après trois rondes de l'Open en 1999, Montois, alors classé 152e mondial, menait de cinq coups sur Justin Leonard et Craig Parry et détenait encore trois points d'avance au début du 72e et dernier trou. Un double bogey assure la victoire. Mais au terme d'un scénario rocambolesque, entre un lancer raté sur le fairway du 17, un deuxième coup qui rebondit dans les tribunes à côté du green, et un troisième coup qui est lancé depuis les hautes herbes et atterrit dans le corps de Eau au bord du fairway, drop avec un point de pénalité et attaque du green dans le bunker, l'actuel conseiller de Canal Plus est rejoint par Justin Leonard et Paul Lawrie, qui le devanceront au poteau en play-off. 2002, The Open, Muirfield, Thomas Levet, 2e après les play-off. Nouveau play-off perdu, mais souvenir plus heureux pour le golf français. Thomas Levet était dixième après trois tours et, à 17 ans, a été à l'origine d'un aigle en colère dimanche. Il a tiré un 66 et provoqué une improbable prolongation à quatre joueurs. Le Parisien va prendre un moment les commandes en réussissant un autre putt énorme puis devra abandonner dans un deuxième barrage à mort subite avant le championnat d'Ernie Els. Sans cette dernière tentative, ratée dans le sable de Muirfield, l'ancien joueur de hockey sur gazon aurait sans doute pu succéder à Arnaud Massy. Mais on gardera à l'écart de cette aventure l'image d'un Levet hilarant portant triomphalement les 100 kilos du Big Easy. Rien ne résume mieux l’esprit fair-play du golfeur français décalé, qui termine à nouveau 5ème à The Open deux ans plus tard. 2010, US Open, Pebble Beach Golf Links, Grégory Havret, 2. Ce dimanche 20 juin 2010, Grégory Havret est passé tout près d'un exploit monumental sur le mythique golf de Pebble Beach en Californie. A 33 ans, Rochelais a été invité à l'avant-dernière partie du 110e US Open, qu'il partage avec un certain Tiger Woods. Au sortir des qualifications, Havret a réussi à prendre le dessus sur le géant américain et pointait à un point de lui à l'entame du dernier tour, malgré le soutien total du public à la cause du Tigre. Auteur de 2 birdies et 3 bogeys, ce grand gaillard au swing d'amplitude majestueuse restera dans le match pour la victoire finale jusqu'au bout, tandis que Dustin Johnson, qui menait de trois tirs dimanche matin, s'effondre (+11 lors de la finale). round !), et que Woods échoue encore en venant par derrière dans un majeur (6 bogeys pour seulement 2 birdies). Mais un bogey au 17, sur un putt manqué de 3 mètres, laisse Havret à un point de l'éventuel vainqueur, le Nord-Irlandais Graeme McDowell, devant un trio cinq étoiles Els-Mickelson-Woods.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

POPULAIRES ACTUELLEMENT

A LA UNE

TOP DU MOIS

A LIRE AUSSI ...

Romain Langasque de retour dans le top 100 mondial

Romain Langasque s'est hissé au 85e rang du classement mondial après sa...

L'Anglais Harry Hall remporte le championnat Isco en fin de soirée

Dans la nuit de dimanche à lundi, la quatrième manche du championnat...

Romain Langasque 3e, Robert MacIntyre triomphe chez lui en Ecosse

Ce dimanche se tenait la quatrième manche du Genesis Scottish Open, la...

Ayaka Furue, une arrivée enflammée à l'Évian Championship pour son premier titre majeur

21:12 Golf, Evian Championship Furue, arrivée enflammée pour la première fois