Home Basket-ball Les top flops de Paris-Monaco : Royal et MVP Mike James bouleversent Tyson Ward
Basket-ball

Les top flops de Paris-Monaco : Royal et MVP Mike James bouleversent Tyson Ward

Comme lors du premier match, Mike James s'est montré irrésistible mercredi soir, offrant à Monaco une victoire éclatante face à Paris (115-76) lors du quatrième match et un deuxième titre de champion de France, couplé au trophée de MVP de la finale. Tyson Ward, le premier défenseur à l'avoir envoyé en mission, a vécu une soirée cauchemardesque. Les dirigeants Mike James : 9/10 Comme lors du premier match, les dirigeants américains ont détruit les rêves parisiens en une mi-temps. D'entrée, James (27 points, 4 passes) chargeait Ward pour punir l'ailier américain de trois points, en pénétration et à mi-distance. Douze points en quatre minutes, puis dix-huit à la mi-temps, sans oublier de répartir. Le natif de Portland est revenu aux vestiaires toujours aussi concentré et a encore bouleversé Paris et Ward : trois points sous un angle complètement fermé, puis arrêtés à mi-distance. Sacré MVP de la finale aux dépens d'Elie Okobo. Une première pour James dans le championnat de France. Elie Okobo : 8/10 Le titre de MVP des Finales aurait tout aussi bien pu lui revenir. Le meneur monégasque, qui rejoindra l'équipe de France pour préparer les JO, a été le Monégasque le plus régulier de la série. Sa décontraction et son efficacité au tir (23 points à 9 sur 15) ont permis à Monaco de surfer sur sa belle vague tout au long de la rencontre, en soutien à Mike James. Okobo se consolera facilement avec ce troisième titre qu'il remporte en autant d'années. Mouhammadou Jaiteh : 8/10 L'absence de Léon scratch a ouvert une voie au pivot monégasque sur laquelle se jeter. Sa domination interne en début de match, lors de la course de relais Mike James Festival à l'intérieur, a parfaitement mis l'équipe Roca en marche. Trop gros, trop fort pour Mikael Jantunen ou Michael Kessens, Jaiteh (14 points, 5 rebonds, 2 contres) a aussi brillé par la couverture de son panier, à l'image de cette contre-attaque sèche sur Shorts qui s'abat comme un avion dans son dos juste avant la mi-temps. devenu. L'ancien joueur de Bologne, longtemps resté sur le banc et victime d'une fracture du nez peu avant les barrages, a terminé haut sa première saison à Monaco. Collin Malcolm : 6/10 L'ailier américain aurait-il pu être envoyé dans l'arène plus tôt ? Malcolm (12 points, 3 rebonds), absent depuis le match 2 des demi-finales face à l'Asvel, a profité de cette dernière chance et a apporté à la fois habileté extérieure et agressivité dans la pénétration qui manquait cruellement à Paris. En ramenant son équipe à 17 points (30-47, 14e), Obradovic a forcé un ultime temps mort pour recentrer l'équipe de la Roca. Comme Ward, il n'a pas réussi à arrêter James, Okobo, Loyd et d'autres dans leurs arabesques. Le flop Tyson Ward (3/10) L'ailier parisien n'a pas réussi à arrêter Mike James dans les duels et a enduré une épreuve sur le parquet de l'Adidas Arena. Le meneur américain l'a contraint à commettre trois erreurs tout en marquant sur son tir. Son apport offensif (5 points à 2 sur 6) s'est révélé trop limité pour sortir Paris d'un match terminé trop vite. Les intérieurs parisiens En l'absence (surprenante) de Léon Schieber – à la demande de son coach – l'intérieur parisien était principalement incarné par Mikael Jantunen (4 sur 10) et Michael Kessens (3 sur 10). Personne n'a réussi à contrôler Mam Jaiteh en défense ni à limiter les rebonds offensifs monégasques (13), extrêmement agressifs et hauts. Si Jantunen faisait illusion dans une attaque au ralenti (12 points), ce n'était pas le cas de Kessens (4 points).

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

POPULAIRES ACTUELLEMENT

A LA UNE

TOP DU MOIS

A LIRE AUSSI ...

00:11 JO 2024, basket (M), préparation Le résumé de France – Canada en vidéo

00:11 JO 2024, basket (M), préparation Le résumé de France – Canada...

Valériane Ayayi après la victoire de l'équipe de France face au Japon : « C'était un vrai test »

Les joueuses de l'équipe de France, comme Valériane Ayayi et Marine Johannès,...