Home Athlétisme Le Conseil d'Etat annule la décision de libération de Mouhamadou Fall pour violations de localisation
Athlétisme

Le Conseil d'Etat annule la décision de libération de Mouhamadou Fall pour violations de localisation

Le Conseil d'Etat a annoncé ce mardi qu'il annulerait la décision de la Commission des sanctions de l'AFLD dans le cas des violations de la localisation de Mouhamadou. D'abord détendu, le sprinteur, qui avait déjà été suspendu neuf mois en raison d'un contrôle positif, risque une nouvelle suspension de deux ans. Le vent a tourné pour l’affaire Mouhamadou. En juillet dernier, le Français, qui voyageait depuis l'été 2022 avec une épée de Damoclès sur la tête et trois violations de ses obligations déclaratives, a été relaxé par la commission des sanctions de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD). pour qu'il puisse revenir sereinement à la ligne droite. Mais quelques semaines plus tard, le quadruple champion de France du 100 m est contrôlé positif à l'heptaminol lors des championnats de France et même si la thèse d'une contamination par un complément alimentaire était retenue, il écope d'une suspension de neuf mois jusqu'en janvier 2025. Ces déboires. pas du tout, car dans le cadre de sa violation des obligations de localisation, l'AFLD a fait appel de la décision de la Commission des sanctions et l'affaire a été portée devant le Conseil d'Etat. Le 16 juin 2022, il a été aperçu à l'Insep, alors que sa localisation indiquait sa présence chez lui aux Etats-Unis. Ce dernier a statué et décidé « d'annuler la décision de la Commission des sanctions de l'AFLD du 6 juillet 2023 de libérer M. Mouhamadou pour lui annoncer l'annulation de ses résultats individuels ». Le Français risque donc une peine de deux ans supplémentaires, comme c'est le cas pour trois manquements aux obligations de localisation en douze mois, et doit retourner devant la Commission des sanctions de l'AFLD. Pour rappel, en 2022, Fall avait subi deux premières violations (le 1er avril et le 8 mai) avant d'être aperçu en marge de la réunion de Paris à l'Insep le 16 juin, alors que sa localisation était due à sa présence chez lui aux Etats-Unis. souligné. Cette violation a été contestée par la Commission des sanctions de l'AFLD avant que le Conseil d'État ne conclue que le sprinteur était bien coupable et qu'il aurait dû changer de localisation pour indiquer clairement qu'il se trouvait à Paris.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

POPULAIRES ACTUELLEMENT

A LA UNE

TOP DU MOIS

A LIRE AUSSI ...

Un entraîneur d'athlétisme de Vincennes s'y est essayé en septembre

Laurent R., entraîneur réputé du club d'athlétisme de Vincennes, est soupçonné de...

Médaille de bronze pour Anaïs Bourgoin au 800 m, victoire de Keely Hodgkinson

Anaïs Bourgoin a pris la troisième place du 800 m à Rome...

Argent au relais 4×100 m féminin aux Championnats d'Europe derrière la Grande-Bretagne

La Grande-Bretagne a remporté le relais 4×100 m féminin aux Championnats d'Europe...

Mondo Duplantis a été sacré champion d'Europe avec 6,10 m

Troisième titre de champion d'Europe de saut à la perche pour le...