Home Athlétisme Gémima Joseph, un stage en Jamaïque avec le coach d'Usain Bolt
Athlétisme

Gémima Joseph, un stage en Jamaïque avec le coach d'Usain Bolt

La sprinteuse française Gémima Joseph, qui a déjà satisfait aux minima olympiques sur 100 m et 200 m, s'est entraînée quelques jours à Kingston avec Glen Mills, ancien entraîneur de la légende Usain Bolt. Fin d'après midi sur le parcours du campus jamaïcain de l'UWI (University of the West Indies) à Kingston. Les montagnes dominent le tartan bleu partagé par les athlètes des différents clubs. Le même tartan qu’Usain Bolt, triple champion olympique du 100 m, portait quotidiennement il y a quelques années à peine. Le vent souffle fort, rendant la température un peu plus supportable en cette semaine caniculaire. L'un des athlètes présents ce mardi 14 mai n'est affilié à aucun club local. Il s'agit de la Française Gémima Joseph, qui a atteint il y a un mois les minima olympiques sur 100 et 200 m. La sprinteuse de 22 ans a effectué un stage chez celui qu'elle qualifie de « légende » : l'entraîneur Glen Mills, qui a notamment entraîné Usain Bolt et Yohan Blake. Casque aux pieds, la jeune femme termine son échauffement sous l'œil attentif de son entraîneur Gaëtan Tariaffe, qui voyageait également avec elle. « Il a toujours rêvé de rendre visite aux Jamaïcains », explique-t-il. Nous nous sommes donc organisés. C’est un projet de 2019. » Lors de la cinquième et dernière session de Gémima Joseph en Jamaïque, l’accent est mis sur les sorties. La nuit tombe et la température baisse à nouveau alors que Mills se lève du banc où il est assis depuis le début de la séance. Le joueur de 74 ans s'approche des starter blocs et commente la position des pieds du jeune Guyanais dans les blocs. Il pense que c'est trop haut et trop loin. « Il a tout changé et je me sentais très mal à l'aise au début. Je ne pouvais pas le faire », dit Joseph. Il la rassure et lui explique que c'est le signe que les changements vont fonctionner. Machel Woolery, entraîneur adjoint de Mills, se tient avec le chrono à 10 m. La jeune femme démarre un par un et voit son temps raccourcir à chaque fois. « Au fil du temps, je me sentais de mieux en mieux. J'ai même réalisé de très bons chronos, similaires à ceux que je réalise lorsque je suis à mon meilleur niveau », explique le sprinteur. « En Guyane, je suis le seul sprinteur de courte distance de mon groupe. Je suis un peu seule. » Gémima Joseph Le champion du monde du 400 m Antonio Watson fait quelques tours de piste pieds nus et à un rythme très lent pour récupérer. Les sprinteurs Zharnel Hughes (médaillé de bronze au 100 m à Budapest) et Oblique Séville (4ème à Budapest et Eugene au 100 m) sont également de la partie. Un groupe de formation soudé et joyeux qui séduit l'étudiant en gestion et finance. « L’idée était en fait de trouver un groupe de haut niveau pour affronter des gens plus forts. Car en Guyane je suis le seul sprinteur sur courte distance de mon groupe. Je suis un peu seul. Le séjour en Jamaïque n'a pas duré longtemps, mais les gars ont été vraiment gentils avec moi. Ils m'ont même donné des conseils. Toute cette atmosphère m’a aidé à me détendre », admet Joseph. Symbiose entre athlète et entraîneur C'est déjà l'heure des adieux et des remerciements avant de repartir le lendemain pour la Martinique, où Gémima participera au meeting le week-end suivant (elle a réalisé un nouveau très bon temps au 100m de 11''04) . L'expérience aura été enrichissante non seulement pour la coureuse mais aussi pour son entraîneur. « J'ai eu des conversations intéressantes avec M. Mills sur la nécessaire symbiose entre entraîneur et athlète. Les objectifs de l'athlète doivent bien correspondre à ceux de l'entraîneur. J'ai pu également constater à quel point il est attentif aux athlètes malgré son âge avancé. Nous avons également parlé des méthodes de formation. L'entraîneur donne des instructions, mais ne ressent rien. Il est donc de la responsabilité de l'athlète d'apporter des modifications si nécessaire. La communication doit être bidirectionnelle. Mills place les gens au centre. » Un séjour qui aura été très enrichissant sur le plan sportif et humain. Seul problème ? La courte durée. Mais Gémima et son coach sont bien décidés à revenir avec le groupe de formation guyanais d'ici la fin de l'année. D'ici là, l'athlète a un programme chargé : Championnats d'Europe (du 7 au 12 juin à Rome), Championnats de France (du 28 au 30 juin à Angers), Jeux Olympiques (du 1er au 11 août à Paris). Avec les mots de Coach Mills en tête : « Un tas de petites pépites que je peux utiliser pour le reste de ma saison. »

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

POPULAIRES ACTUELLEMENT

A LA UNE

TOP DU MOIS

A LIRE AUSSI ...

Un entraîneur d'athlétisme de Vincennes s'y est essayé en septembre

Laurent R., entraîneur réputé du club d'athlétisme de Vincennes, est soupçonné de...

Médaille de bronze pour Anaïs Bourgoin au 800 m, victoire de Keely Hodgkinson

Anaïs Bourgoin a pris la troisième place du 800 m à Rome...

Argent au relais 4×100 m féminin aux Championnats d'Europe derrière la Grande-Bretagne

La Grande-Bretagne a remporté le relais 4×100 m féminin aux Championnats d'Europe...